Vivre avec un mal de vivre

Posted on

Nous sommes jeudi le 13 décembre. Il est 11h41. Depuis plus de 1h30, je pleure à chaudes larmes. Je pense parfois à la mort, comment ça pourrait me soulager. Ce serait le chemin facile à prendre. Je n’aurais pas besoin de faire mes examens à l’école, je n’aurais pas à travailler, je n’aurais pas à concevoir ma prochaine collection de maillots de bain, je n’aurais pas besoin de continuer l’école, je n’aurais à payer un loyer là-haut, mais je n’aime pas ça prendre le chemin facile. L’anxiété l’emporte. Je suis en panique. J’écoute de la musique acoustique pour me sentir moins seule dans toute cette solitude, mais en même temps, je veux être seule. C’est mon éternel combat, que j’aimerais gagner un jour, mais ce ne sera pas aujourd’hui. J’ai besoin d’évacuer toute la tristesse, la frustration et le stress que j’ai accumulés dans les derniers jours. Mes parents voudraient me tuer: ça fait cinq jours que je n’ai pas pris mes antidépresseurs. En fin de semaine dernière, j’allais bien et je ne les avais pas pris. Je me suis donc dis que je pourrais continuer pour voir si c’est dans ma tête que j’ai besoin de ces pilules ou si mon corps en a réellement de besoin pour fonctionner.

Le petit hamster n’est pas capable d’arrêter dans ma tête: je n’ai jamais de pause pour me reposer. Je me sens mal présentement parce que je devrais aller m’entraîner, étudier pour mon examen de mathématiques ou celui de politique, mais je suis épuisée. J’ai besoin d’une pause, mais en même temps, je ne veux pas couler mes examens ou avoir l’air d’une patate sur la plage au Costa Rica en janvier. En plus, je n’ai même plus envie de partir en voyage. Je voulais y aller pour prendre les photos de mon nouveau design, mais j’ai appris que je ne l’aurais pas à temps. Je ne vois donc plus l’utilité d’y aller.

Je n’arrête pas de me chicaner avec mon entourage, je ne m’endure plus. J’ai la mèche courte et ils le savent, mais c’est plus fort que moi. J’ai un caractère de merde et je n’arrive pas à le contrôler quand je suis en panique. Encore une fois, je devrais le travailler, mais je suis trop épuisée pour le faire.

Mon corps pense qu’il va mourir. Ma tête aussi. Je manque d’air. Je me sens faible. Je suis au bout du rouleau. Envoyez-moi me reposer au spa quelqu’un svp comme tout le monde sur Instagram ces temps-ci. J’ai besoin de faire le plein d’énergie. D’un autre côté, je ne suis pas capable de rien faire. Je me trouve inutile si je ne suis pas occupée. À quel point je suis incohérente.

Il est rendu 12h07. Je commence à reprendre le contrôle tranquillement. Ça me fait du bien d’exprimer comment je me sens. Je vais peut-être le faire plus souvent. Bon, assez perdu de temps aujourd’hui, je dois m’y remettre.

N’essayez pas de me comprendre si vous ne me comprenez pas. Comme j’ai dit, je suis souvent incohérente dans mes pensées. Le texte va probablement le refléter. Merci.

Photo https://www.flickr.com/photos/notaib/8487253036

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *